Frontpage

Aquilon, the Quotations

1993

La nation est bâtie sur le sang et les mythes. Le sang est l'aspect physique de la nation, et les mythes l'aspect spirituel. Nous avons besoin des deux.
Kungsbacka, Suède, décembre 1993

Notre tâche est de transformer les mythes en réalité concrète. Les mythes nous guideront, les mythes sont l'étoffe même dont la philosophie nationale est faite. Nous avons besoin d'un mythe, d'une histoire puissante, la plus grande histoire jamais contée, par laquelle nous formerons l'esprit des masses.
Varberg, Suède, décembre 1993
 
Les gens ont une compréhension intuitive de l'importance des mythes. Les gens sentent leurs puissantes forces immatérielles et la manière dont ils rassemblent les individus dans une nation. Il n'est pas surprenant que les intellectuels qui méprisent le peuple méprisent aussi les mythes.
Falkenberg, Suède, décembre 1993

L'homme ordinaire de la rue est guidé dans sa vie avant tout par les mythes gravés dans la conscience collective. Enlevez les mythes et il n'a plus rien, il est perdu sans direction. Une philosophie stérile, théorique et spéculative concoctée par des intellectuels obscurs n'a rien à offrir au peuple.
Halmstad, Suède, décembre 1993
 
... notre cause est une question de cœur, pas de raison. Il n'y a pas besoin d'être un génie. Il suffit d'avoir le cœur au bon endroit, de travailler dur et d'aimer son peuple. Pas étonnant que les pharisiens et les intellectuels nous haïssent.
Helsingborg, Suède, décembre 1993

 

1994

Je ne peux pas assez souligner l'importance des quartiers dans la lutte révolutionnaire nationaliste. Les quartiers sont les communautés organiques où les gens se connaissent et se font confiance, partagent des buts et des valeurs communs. Si la société en général est multiraciale et multiculturelle, les quartiers restent obstinément ethniquement purs. Si la société en général est déchirée par les forces du capitalisme et rongée par le libéralisme spirituellement impuissant, la cohésion sociale et ethnique des quartiers en feront le refuge de l'esprit national.
Esbjerg, Danemark, janvier 1994
 
La société peut être multiculturelle, et l'est souvent de nos jours, mais la communauté jamais.
Rostock, Allemagne, février 1994
 
Le Parti doit concentrer son travail sur les quartiers. Un quartier avec une section du Parti active et des gens faisant confiance au Parti vaut bien plus qu'un siège au parlement.
Cottbus, Allemagne, février 1994
 
Ne tentez pas d'entrer au parlement – dans le pire des cas vous pourriez même y entrer, et ensuite quoi ? Vous ne pouvez pas améliorer la vie du peuple au parlement, vous ne pouvez pas changer le système au parlement. Votre travail doit être fait dans les quartiers. Laissez le système suivre son cours, travaillez avec le peuple et un jour vous verrez que c'est la bonne voie.
Magdebourg, Allemagne, février 1994
 
Le pire cas est quand vous commencez à faire de grands discours et des fausses promesses aux gens, et qu'ensuite accidentellement vous obtenez quelques sièges au parlement. Soudain vous êtes juste un autre parti d'opposition, un tas de foutaises et aucune crédibilité. Vous serez piégé au parlement, incapable de réaliser des changements tangibles mais avec un tas d'excuses vis-à-vis des électeurs quand les choses ne se passeront pas de la manière que vous avez promise.
Wittenberg, Allemagne, février 1994
 
Nous sommes et devons être une conspiration ouverte et publique pour renverser le système.
Göttingen, Allemagne, avril 1994
 
Ne nous confondez pas avec les partis politiques car il n'y a rien de politique chez nous – nous sommes un mouvement spirituel, nous sommes une religion.
Cassel, Allemagne, avril 1994
 
Le Parti est la résurrection de la race.
Emden, Allemagne, avril 1994
 
Acceptez la fureur, laissez la haine vous guider, trouvez la bête en vous. Brisez vos chaînes et brûlez les ponts derrière vous. Rien de bon ne sortira jamais de vous avant que vous sachiez qui vous êtes vraiment.
Utrecht, Pays-Bas, mai 1994
 
N'écoutez pas les histoires de vieilles femmes et les bavardages des hommes faibles. Soyez fanatiques, étudiez la cruauté, apprenez à haïr davantage.
Eindhoven, Pays-Bas, mai 1994
 

Depuis le début il est absolument clair que la seule manière d'unir la nation européenne est par la haine et la peur envers les masses d'envahisseurs du tiers-monde. C'est seulement en affrontant un ennemi commun et une extinction possible que les Européens pourront se retrouver comme des frères et des sœurs de la même tribu.
Nimègue, Pays-Bas, mai 1994
 
Par chance nous avons un ennemi, un ennemi mortel. Si ce n'était pas le cas nous devrions en créer un.
Arnhem, Pays-Bas, mai 1994
 
Nous avons sept mères ancestrales, imaginez : la race entière a sept mères ancestrales… J'y vois un grand dessein de Dieu.
Moscou, Russie, juillet 1994

Si les problèmes de l'Europe moderne étaient seulement de nature économique et politique, nous serions sûrement perdants. Mais il y a un élément que nos ennemis ne parviennent pas à comprendre : la fureur des masses luttant pour leur droit à exister en tant que nation. Pour comprendre la gravité de ce phénomène, il faudrait que notre élite ouvre les yeux sur les dures réalités de la vie et qu'elle abandonne ensuite les illusions naïves qu'elle nourrit… Heureusement pour nous, l'élite est incapable de le faire.
Limoges, France, août 1994
 
Le plus grand travail de propagande en notre faveur est fait par les gangs de jeunes du tiers-monde déchaînés dans nos rues. Ils pousseront les gens vers nous et tout ce que nous aurons à faire sera de leur ouvrir nos bras… J'espérerais presque qu'il y en ait davantage.
Rennes, France, août 1994
 
Il est impératif de laisser les libéraux commettre leurs crimes contre la nation. Plus les libéraux pourront saboter la société, plus les choses seront faciles pour nous. Sans les libéraux et leur folie, personne n'aurait besoin de nous.
Dijon, France, août 1994

Les libéraux et les sociaux-démocrates… on n'a jamais vu des gens plus naïfs et plus coupés de la réalité. Si nous jouons bien nos cartes, ils nous serviront le pouvoir sur un plateau d'argent.
…les libéraux et les sociaux-démocrates, une curieuse combinaison d'habileté et de totale stupidité. En tant qu'opportunistes faisant leur chemin dans le système ils excellent dans l'habileté, mais en tant qu'opportunistes ils sont aussi liés au système à un point tel que quand tout commencera à partir en morceaux, les libéraux et les sociaux-démocrates seront encore joyeusement inconscients des choses à venir.
Vichy, France, août 1994

Assez curieusement, les libéraux et la déviation de gauche ultra-radicale du mouvement socialiste sont en fait très similaires. Tous deux veulent supprimer l'identité ethnique traditionnelle du peuple. Les libéraux veulent transformer les gens en machines mécaniques de consommation. Les produits doivent être vendus sur toute la planète avec une rapidité et une efficacité maximum. Cela requiert que les gens soient tous semblables, à l'échelle de la planète. Les gens des McDonalds partageront la même culture des McDonalds, et qu'ils soient eskimos ou aborigènes ils achèteront des produits McDonalds…
… D'autre part, la déviation de gauche ultra-radicale veut obliger les gens à adopter une identité politique de classe purement théorique et spéculative, et stérile.
... tous deux sont les ennemis du peuple…
Brest, France, août 1994
 
Les capitalistes et les libéraux sont en train d'ouvrir les portes pour que le raz-de-marée des étrangers puisse entrer. Nous récolterons les bénéfices.
Nancy, France, août 1994

Maintes et maintes fois, j'ai entendu dire que les Européens ne peuvent plus avoir d'enfants, que les Européens ne peuvent plus créer des familles, que les Européens sont devenus stériles, impuissants et paresseux. Mensonges, mensonges, ce sont des mensonges impudents pour dissimuler le génocide délibéré du peuple européen par ses élites dirigeantes.
… L'élite a ouvertement prononcé une sentence de mort contre la Nation Européenne et elle s'est aussi jurée de changer complètement et irréversiblement la composition de la population en Europe. En retour, nous prononcerons une sentence de mort contre l'élite et ses valets.
Valladolid, Espagne, septembre 1994
 
Cette guerre sera l'effort décisif des Européens pour reprendre leur place dans le monde. Nous en avons assez d'être les boucs émissaires du monde, nous sommes fatigués d'être blâmés pour nos réussites, et nous sommes malades et fatigués de satisfaire toutes les exigences des non-Européens simplement parce que nous sommes supposés porter la culpabilité collective de l'homme blanc AD INFINITUM.
Tarragone, Espagne, septembre 1994
 
Quelle audace ! Ils déclarent ouvertement qu'ils veulent amener cent millions d'immigrants en Europe en une génération… changer toute la population de l'Europe en une génération… et ils pensent qu'ils peuvent faire ça impunément… quelle folie !
Oviedo, Espagne, septembre 1994
 
Nous devons devenir une armée. Nous commencerons avec des matraques, des couteaux et des bouteilles cassées, mais nous finirons avec des canons, des chars et des mitrailleuses.
Wolverhampton, Grande-Bretagne, décembre 1994
 
Les zones de base doivent être transformées en centres de production militaire. C'est la guerre, une guerre d'usure, une guerre de destruction totale et nous ne pouvons pas gagner si nous n'avons pas notre propre production industrielle d'armements.
Bradford, Grande-Bretagne, décembre 1994
 
Les déviationnistes de la gauche ultra-radicale ont ouvertement déclaré qu'ils prendront toujours et inconditionnellement le parti des hordes étrangères qui se répandent dans nos rues et dans nos villes. Cela signifie en fait que la déviation de la gauche ultra-radicale a déclaré la guerre à la Nation Européenne et qu'elle veut nuire à notre peuple autant que possible.
Dudley, Grande-Bretagne, décembre 1994
 
Cette guerre sera le point culminant de notre histoire. Cette guerre de libération nationale et de survie nous rassemblera, nous les Européens.
Northampton, Grande-Bretagne, décembre 1994

 

1995

Si nous regardons plus attentivement, il devient très clair que la déviation de la gauche ultra-radicale est motivée par une haine et une méchanceté perverses envers son propre peuple… En même temps, ils parlent de révolution – révolution, mais par qui et pour qui ? Comment peut-on commencer une révolution si on déteste et si on méprise son propre peuple et si on veut lui nuire ?
… c'est la raison de la chute de la déviation de gauche ultra-radicale : elle n'obtiendra jamais le soutien du peuple… Notre peuple ne veut pas commettre un suicide national et la déviation de gauche devrait le savoir.
… où ira la déviation de gauche, où cherchera-t-elle un soutien si le peuple lui tourne le dos ? Qui viendra à elle ?
... les masses meurtrières s'infiltrent à travers nos frontières en ce moment même...
Arvika, Suède, février 1995
 
Comme je vous l'ai déjà démontré, le bloc libéral-capitaliste a entrepris de ruiner la structure ethnique de l'Europe et de changer la population de ce continent en une génération. Mais c'est aussi le cas de la déviation de la gauche ultra-radicale. Comme il est bien évident que les Européens n'accepteront pas les plans que la déviation de gauche a en réserve pour eux, la déviation de gauche ne peut placer ses espoirs que dans la possibilité de changer la population de l'Europe dans le futur proche.
… La déviation de gauche ultra-radicale calcule qu'elle utilisera la force brute des masses meurtrières d'immigrants contre les Européens affaiblis… malheureusement, grâce aux efforts de notre élite libérale-capitaliste, cette stratégie semble praticable… du moins pour le moment.
Leksand, Suède, février 1995

Nous sommes les enfants de la Grande Lumière du Nord, une race qui existe depuis plus de 40.000 ans. Comment peut-on croire que nous allons disparaître de la surface de la terre du jour au lendemain ? Comment ose-t-on nous demander de livrer ce sol sacré aux étrangers et accepter d'être jetés dans l'oubli ? Comment peut-on s'attendre à ce que nous acceptions notre propre chute pour que nos réalisations et celles de nos ancêtres soient des prises de guerre pour des usurpateurs et des voleurs ?
Karlskoga, Suède, février 1995
 
Les oiseaux de malheur sont parmi nous, trouvez-les, détruisez-les et vous serez libres.
Fagernes, Norvège, mars 1995
 
Ce sol, ce sol sacré dont d'innombrables générations sont sorties depuis que la calotte glaciaire de la terre a disparu il y a 40.000 ans et que ce continent a été révélé à nos ancêtres… un rêve obsédant, un murmure près des feux de camp, une promesse dans le vent naquit et les ancêtres de notre race revendiquèrent leur héritage.
Stavanger, Norvège, mars 1995
 
… et après 40.000 ans, nous devrions abandonner cette terre, notre âme… jamais – je dis : jamais… qu'il y ait d'abord la guerre… une guerre de destruction totale…
Bergen, Norvège, mars 1995
 
Depuis plus d'un millier de générations, notre peuple a vécu de cette terre, plus d'un millier de générations de gens sont sorties de cette terre, physiquement créées par les richesses de ce sol béni. Depuis plus d'un millier de générations, ce sol sacré a nourri notre peuple et pourvu à ses besoins. Nous ne faisons qu'un avec ce sol, car chaque parcelle de notre chair et de notre sang vient de ce sol, il n'existe rien en nous qui lui soit étranger ou hostile.

… et quand notre vie prendra fin, nous retournerons à cette terre comme un voyageur qui revient chez lui…

Et nous devrions abandonner tout cela d'un seul coup, parce que notre élite moralement corrompue nous dit de le faire ?
Trondheim, Norvège, mars 1995

Nos ennemis ne savent pas à quel genre de puissances ils ont affaire, et c'est pourquoi ils sont sur le point de déchaîner des bêtes dont le monde aimerait tellement oublier l'existence.
Piacenza, Italie, juin 1995

Vous êtes la classe ouvrière nationale, le poing de fer de notre révolution. Sans vous, il n'y aurait pas de production révolutionnaire, sans vous il n'y aurait pas d'armée révolutionnaire, et sans vous il n'y aurait pas de victoire pour la révolution nationale…
… vous serez la nouvelle aristocratie, l'âme même de notre nation socialiste.
... votre détermination de fer sera la loi suprême et quiconque ose vous résister sera écrasé.
Crémone, Italie, juin 1995
 
Après le triomphe de la révolution, il ne restera qu'une seule classe dans notre société, la classe ouvrière nationale !
Nantes, France, août 1995
 
Des gangs de criminels déracinés envahissant nos rues, pillant nos magasins, volant notre peuple et abusant de notre système d'aide sociale, et la gauche se lamentant et blâmant le racisme pour tout – les choses ne pourraient pas être meilleures.
Toulouse, France, août 1995

Quand nous avons commencé notre travail en promettant que nous combattrions pour une Europe juste où tous les Européens natifs seraient respectés, on se moqua de nous. Quand nous avons dit qu'il devait y avoir un emploi et un foyer pour chaque Européen natif, on nous a traités d'arriérés. Quand nous avons dit qu'il devait y avoir une sécurité sociale adéquate pour chaque Européen natif, on nous a hués et sifflés et on a dit que nous allions ruiner l'économie. Quand nous avons dit que chaque Européen natif devait se sentir en sécurité sur son propre continent, on nous a traités de racistes et on nous a dit que ce coin du monde n'était pas le nôtre en premier…
…pourtant le soutien massif du peuple a clairement montré que ces comédiens étaient complètement coupés de la réalité et qu'en fin de compte ils n'avaient rien à offrir au peuple…
…il était facile de se moquer de nous, mais quand les gens demandaient à ces plaisantins ce qu'ils avaient à offrir à la place, tout ce qu'ils avaient en réserve c'était des excuses boiteuses et le même vieux discours libéral…
Birmingham, Grande-Bretagne, septembre 1995
 
Vous devez connaître personnellement chaque personne de votre quartier. Sans fortes relations personnelles, un million d'affiches de propagande et un million de pubs dans les journaux ne serviront à rien…
… N'essayez pas d'être une bande de trous du cul pontifiants. Votre travail est d'être avec le peuple et de ne faire qu'un avec le peuple et si vous ne pouvez pas faire ça, tout le savoir que vous pouvez posséder sera gaspillé…
… Vous pouvez tout connaître, mais si le peuple ne vous écoute pas, tout votre savoir sera inutile.
Southampton, Grande-Bretagne, septembre 1995
 
Apprenez à connaître le peuple, et laissez le peuple apprendre à vous connaître. Les gens font confiance à ceux qu'ils connaissent. Rappelez-vous que votre ennemi, la déviation de gauche ultra-radicale, ne comprend pas la dynamique psychologique des communautés naturelles…
… La déviation de gauche ultra-radicale a l'illusion que les quartiers sont des zones de base multiculturelles et multiraciales pour la révolution de négation nationale des Européens…
… en fin de compte, la déviation de gauche ultra-radicale devra mener une guerre ouverte contre les quartiers pour assurer l'afflux permanent des immigrants…
… en fin de compte, la déviation de gauche ultra-radicale devra utiliser la terreur contre les gens ordinaires pour transformer les quartiers en camps de concentration de multiracialisme forcé.
Leeds, Grande-Bretagne, septembre 1995
 
Nous voulons vivre avec notre propre espèce. Ceux qui ne sont pas prêts à accepter cela seront amèrement déçus et ceux qui tentent de nous forcer à changer périront.
Middlesbrough, Grande-Bretagne, septembre 1995
 
C'est aussi simple que ça : soit les intellectuels serviront le peuple, soit ils périront.
Hull, Grande-Bretagne, septembre 1995
 
L'art doit refléter la réalité concrète de la vie quotidienne de la classe ouvrière nationale…
… L'art doit soutenir la lutte de classes menée par la classe ouvrière nationale…
… Tout art qui ne répond pas à ces spécificités prendra fin.
Bristol, Grande-Bretagne, septembre 1995
 
Vous ne savez pas jusqu'où nous sommes prêts à aller pour nous assurer que les artistes et les intellectuels connaissent leur place et fassent leur part alors que la nation combat pour sa survie… Nous sommes prêts à faire tout ce qui est nécessaire pour écraser leur arrogance intellectuelle…
Birmingham, Grande-Bretagne, septembre 1995

A bas l'arrogance des intellectuels !! C'est le peuple qui enseignera aux artistes et aux intellectuels, et non l'inverse.
Glasgow, Ecosse, octobre 1995
 
Ce n'est pas un concours de popularité pour savoir qui va avoir la publicité la plus positive dans les médias. Les médias nous haïront dès le début, mais cela n'importe pas tant que le peuple sait qui nous sommes. Et le peuple nous connaîtra si nous allons vers le peuple, dans des quartiers soigneusement sélectionnés, et si nous apprenons à connaître personnellement le plus de gens possible. Par les réseaux de relations personnelles, nous triompherons du pouvoir des médias hostiles.
Bristol, Grande-Bretagne, octobre 1995
 
Souvenez-vous que notre force est dans le fait que nous respectons le peuple et son identité – contrairement au bloc libéral-capitaliste et à la déviation de gauche ultra-radicale, nous n'essayons pas de leur faire ingurgiter une identité nouvelle et artificielle.
Norwich, Grande-Bretagne, octobre 1995
 
N'ayez pas peur car vous ne serez jamais seul. Toutes les générations qui ont vécu ici avant vous regarderont chacun de vos pas, et les innombrables générations qui viendront après vous attendent leur tour et attendent que vous fassiez votre devoir…
… Le passé et le présent vivent en vous. Vous êtes le point culminant de millions d'années d'évolution de notre espèce et pourtant, dans les millénaires à venir, votre sang portera des fruits d'une telle splendeur que nous les générations présentes sommes incapables de les comprendre ou même de les imaginer…
… Vous êtes un maillon dans une chaîne qui s'étend à travers le temps et l'espace, du passé infini à l'éternité… la chaîne d'or des âmes…
… cette chaîne ne doit jamais être rompue…
Ipswich, Grande-Bretagne, octobre 1995
 
Des débris d'humanité envoyés à la dérive par le raz de marée du capitalisme international se sont déversés sur nos rivages… les nouveaux Européens ? Et nous sommes supposés disparaître pour faire de la place à ces… nouveaux Européens ?
Karlskrona, Suède, novembre 1995
 
La mode du jour, la dernière marotte intellectuelle de l'élite, appelle à notre suicide ethnique…
… Eh bien, nous avons vu des intellectuels aller et venir, toujours occupés à se donner en spectacle, s'attroupant toujours autour de la « dernière vérité », mais la race sera ici longtemps après que les montagnes se seront transformées en vallées et que les plateaux seront devenus des chaînes de montagne.
Kalmar, Suède, novembre 1995
 
L'art et la vie culturelle doivent être mobilisés au service de la classe ouvrière nationale… tous les éléments qui sont étrangers à la classe ouvrière nationale ou qui sont opposés aux besoins de la classe ouvrière nationale seront éliminés.
Karlstad, Suède, novembre 1995
 
Dans les heures de cette nuit magique, nous célébrerons le miracle de l'unité, cet Etre Ensemble. Il n'y a ni riche ni pauvre, ni vieux ni jeune, ni sage ou idiot parmi nous, car nous ne faisons qu'UN. Chacun est important, chacun est nécessaire et personne n'est jamais seul…
… La race s'est rassemblée ici sous les étoiles pour célébrer sa vie éternelle.
Mariestad, Suède, novembre 1995
 
C'est la révolution des instincts primordiaux. Notre subconscient est assoiffé de sang, l'animal crie, la fureur l'emporte…
… nous mettrons le feu au monde…
Växsjö, Suède, novembre 1995
 
Nous sommes le cauchemar des libéraux infantiles…
… Nous sommes le coté obscur de l'homme…
Stockholm, Suède, novembre 1995
 
Adieu à la raison, bienvenue à l'exaltation.
Kolding, Danemark, décembre 1995

 

1996

Jeunes hommes, défenseurs de la race ! Quand l'obscurité s'installe, courez dans les forêts, courez avec les loups, apprenez à connaître cette même bête en vous, laissez-la se libérer, coupez tous les liens, oubliez la civilisation, soyez libres pour dominer…
… Dénoncez les fausses conventions qui ont castré votre esprit…
Flensburg, Allemagne, février 1996

Nous devons célébrer la vie et l'éternel cycle de la nature. Il n'y a pas de mort, car nous retournerons dans les éléments de la terre et de la nature encore et encore, en tant qu'arbres, plantes, oiseaux, animaux… et hommes.
Rostock, Allemagne, février 1996
 
… La même substance de vie nous traverse tous… abeilles et montagnes, hommes et chutes d'eau… la même substance de vie nous traverse tous… Même la poussière dans le vent porte les souvenirs des générations passées.
… Nous ne faisons qu'un avec cette terre, et ils osent dire que nous devrions l'abandonner…
… si nous perdons cette terre, si nous l'abandonnons, nous serons jetés dans l'oubli et le lien sacré entre le sol et le sang sera brisé. Nous n'existerons plus.
… sans terre il ne reste que la mort, et nous refusons de mourir.
Schleswig, Allemagne, février 1996
 
Un individu est transitoire, mais la race est éternelle. En tant que membres de la race, nous sommes immortels.
Gênes, Italie, juin 1996
 
Le Ciel sait où l'évolution sociale, spirituelle et physique de l'homme le conduira…
… dans les millions d'années à venir… une race de dieux ? qui peut le dire ?
Florence, Italie, juin 1996
 
La nation est beaucoup plus qu'un simple groupe de gens porteurs du même passeport… il y en a même certains qui ont vécu parmi nous pendant des siècles et pourtant ils n'appartiennent pas à la nation…
… C'est tellement à la mode aujourd'hui de dire que quiconque venant de passer la frontière devient soudain un Anglais, un Français, un Suédois…
… ces gens superficiels, ces opportunistes invertébrés n'ont pas encore compris la vraie nature de la nation… son imposante totalité…
Genes, Italie, août 1996
 
Que le flot de pétrole cesse, que les villes s'assombrissent, que viennent le chaos et l'anarchie – alors nous verrons qui va rire…
Turin, Italie, août, 1996

Quand le soleil brille et que tout est beau et épatant les libéraux sont forts, mais quand commence la lutte pour les besoins basiques de la vie les libéraux se font petits. Quand tout s'effondre – comme cela va arriver très bientôt – il devient douloureusement clair que le libéralisme n'est en fait qu'un rêve éveillé…
Rome, Italie, août 1996

 

1997

A l'intérieur de chaque libéral se cache la bête. Tout ce que nous avons à faire est de trouver un moyen de la faire sortir et de prendre sa place…
Séville, Espagne, janvier 1997
 
Notre révolution est la révolution des vérités fondamentales ; survie et extinction, nourriture et territoire et procréation. C'est quelque chose que les libéraux ne pourront jamais comprendre ou accepter… dans le futur, vous verrez que les libéraux n'ont pas d'autre choix que de vivre dans le refus… jusqu'à la fin.
Valence, Espagne, janvier 1997
 
La plus grande question de notre temps est : quelle est la nature de l'homme ? La réponse à cette question sera le facteur le plus définissant pour modeler notre avenir.
Madrid, Espagne, janvier 1997
 
Il faut voir notre révolution dans un contexte biologique. Nous sommes fondamentalement une meute de loups défendant son territoire et ses louveteaux… une meute de loups luttant pour sa survie, défendant son droit à exister.
… L'homme est un animal social tout comme les fourmis ou les abeilles ou les loups. Tous ont leur espace vital, qu'ils défendent jusqu'au bout.
… Vous voyez la lutte dans la nature… les ressources naturelles sont toujours limitées, car la vie tend à se répandre plus que les ressources nécessaires. Cela provoque la lutte. Les populations en expansion tentent de s'emparer de plus de territoire et donc de plus de ressources aux dépens des populations qui ne peuvent pas se développer et qui sont aussi incapables de défendre leur position actuelle.
… Sans territoire, une population est condamnée…
… Le temps joue contre nous. Notre population ne se développe plus et nos élites ont déjà ouvert les portes pour faire entrer le surplus de population du tiers-monde.
Bergame, Italie, février 1997
 
Au tout début du temps, à l'ère paléolithique, les Européens étaient ethniquement unis mais cela a été perdu avec le passage des millénaires.
Trente, Italie, février 1997
 
Les Européens ont passé la plus grande partie de leur histoire dans une vendetta constante les uns contre les autres… les guerres et la destruction meurtrière ont formé l'histoire européenne… malheureusement les Européens n'ont rien trouvé de mieux que d'attaquer et de soumettre leurs voisins qui sont en fait leurs frères de race.
Vérone, Italie, février 1997
 
Les querelles de famille sont souvent les pires, et quand vous pensez à l'histoire européenne cela se confirme.
Graz, Autriche, mai 1997
 
Les menaces extérieures n'ont jamais apporté de véritable unité parmi les Européens. Les invasions arabes, mongoles et turques furent affrontées avec diverses variantes de discorde, car chaque joueur tentait d'assurer ses propres positions même face à la destruction imminente…
… c'était, bien sûr, jusqu'à maintenant…
Vienne, Autriche, mai 1997
 
… L'ère de l'impérialisme a mis les Européens en contact avec des peuples et des cultures du monde à un degré sans précédent. L'ère de l'impérialisme a aussi ouvert les yeux des Européens pour qu'ils voient à quel point notre civilisation est particulière quand on la compare au reste du monde…
Linz, Autriche, mai 1997
 
… Malheureusement, les leçons de l'ère de l'impérialisme furent presque complètement perdues, puisque la course pour l'Afrique et l'Asie ne fit qu'intensifier la compétition et la haine entre les Européens.
Vicenza, Italie, juin 1997
 
L'ère de l'impérialisme est maintenant passée, mais assez curieusement les Européens sont envahis par leurs anciens sujets.
Ingolstadt, Allemagne, juin 1997
 
J'ai parfois dit que les Européens ont passé la plus grande partie de leur histoire à se combattre les uns les autres. Mais il est bon de se rappeler que l'ère paléolithique a duré 30.000 ans et que la différenciation ethnique et la guerre civile constante qui s'ensuivit en Europe a duré « seulement » 10.000 ans, donc il y a encore de l'espoir.
Prague, République Tchèque, juillet 1997
 
Bien sûr une manière de voir la sanglante histoire européenne et le gaspillage stupéfiant de ressources humaines est que cette guerre incessante, cette lutte meurtrière constante est la plus grande raison derrière l'exceptionnel dynamisme de l'histoire européenne…
Brno, République Tchèque, juillet 1997

La guerre constante a endurci les Européens. 10.000 années de conflit interne ont entraîné les Européens à l'agression et à l'expansion, les nations européennes étaient des prédateurs minces et agiles, faits pour la conquête. Ce fut une dure école mais quand vint le moment, ses leçons furent pleinement appliquées. Le succès stupéfiant dans l'ère de l'impérialisme fut le résultat direct des 10.000 années de conflit interne, les Européens furent finalement lâchés dans le poulailler du monde.
Rijeka, Croatie, juillet 1997
 
… Et pourtant notre succès nous a presque détruits. Le fratricide européen a fini par atteindre un niveau qui nous a presque balayés de la surface de la terre. Et le pire, c'est que les réalisations de l'ère de l'impérialisme ont été complètement perdues. Et maintenant nous sommes envahis par ceux que nous avions l'habitude de dominer.
Salzburg, Autriche, juillet 1997
 
… Pendant des millénaires, l'Europe a été déchirée par la lutte entre de nombreux centres de pouvoir, grands et petits, tentant de triompher les uns des autres…
… Avec le passage du temps, les tribus et les territoires tribaux se transformèrent en principautés et les principautés en Etats nationaux. En même temps que ce développement, la lutte ne cessa jamais, au contraire elle ne fit que s'intensifier. La haine s'accrut…
… le coté positif de ce développement fut que les gens apprirent à comprendre l'importance des entités plus grandes. Les gens apprirent à élever le centre de leur affection du niveau de la famille ou du clan au niveau tribal, du niveau tribal au niveau de l'Etat féodal préindustriel et finalement au niveau de l'Etat national…
… Finalement nous avons atteint un point où nous pouvons supposer que les gens peuvent élever le centre de leur affection jusqu'au niveau de la race elle-même. Le jour viendra où les Européens connaîtront le lien de l'ascendance commune aussi fortement qu'ils ont jusqu'ici connu le lien de la nationalité…
… Le jour viendra où les Européens se sentiront vraiment chez eux en présence de leurs frères physiques et culturels. Le jour où les Européens pourront finalement dire que leur race est leur nation.
Bayreuth, Allemagne, octobre 1997
 
Le développement du patriotisme local en nationalisme et finalement en un nationalisme racial et culturel paneuropéen peut être vu comme une partie du développement scientifique, industriel et social global en Europe. La base de notre évolution spirituelle se trouve dans le développement des forces matérielles dans l'histoire…
… Nous avons maintenant affaire à des forces si profondes que nous pouvons être sûrs que deux ou trois films de Hollywood et une campagne d'affichage de Benetton ne pourront pas inverser le courant.
Nuremberg, Allemagne, octobre 1997

Les roues de l'histoire ont tourné lentement et jusqu'ici nous n'avons pas vu que tout avait une raison. Ce processus qui peut être comparé à des mouvements tectoniques de la croûte terrestre s'est déroulé pendant 10.000 ans, une lente guérison pour retrouver l'unité de notre race. Les temps ont changé et l'unité ethnique de la nation européenne de l'ère paléolithique ne peut pas être retrouvée telle quelle, mais les blessures guériront et les forces matérielles de l'histoire nous donneront une nouvelle ère d'unité et cette fois ce sera pour toujours.
Saint-Gall, Suisse, novembre 1997 

 

1998

A la fin, quand le monde libéral-capitaliste artificiel de superficialité et de consommation aura disparu, la vérité ressortira finalement et le sang retournera au sang.
Poznan, Pologne, janvier 1998
 
Ne vous y trompez pas, nous ne tentons pas de dire que l'Etat national est obsolète ou que l'idée de la nation, qu'elle soit suédoise, allemande, française, polonaise, etc., est dépassée. Pas du tout !
… Nous répétons simplement que cette folie de querelle mesquine alimentée par un nationalisme étroit, non-civilisé et agressif, doit prendre fin. Les Européens sont face à l'extinction et nous n'avons pas le temps de nous complaire dans le passé et de revenir sans cesse sur les torts du passé…
Varsovie, Pologne, janvier 1998
 
La force de l'Europe a toujours été dans sa diversité. La diversité que j'ai à l'esprit est bien sûr d'un genre européen et pas la diversité fausse et artificielle qui nous est imposée par les capitalistes, les bureaucrates de l'Union Européenne et les commerciaux de Benetton…
… Nous embrasserons la diversité européenne native.
Cracovie, Pologne, janvier 1998
 
Dans la nouvelle Europe, le caractère individuel de chaque nationalité sera protégé par des efforts communs. Je dis que nous aurons totalement échoué si un seul groupe ethnique parmi nous sent que sa langue, sa culture ou son caractère particulier est menacé ou en danger de disparaître. Cela serait totalement inacceptable…
… Bien sûr je veux parler des groupes ethniques européens natifs…
Gdansk, Pologne, janvier 1998
 
La révolution nationale en Europe veut dire exactement ce qu'elle dit. La révolution des nations européennes pour leur droit à exister.
Budapest, Hongrie, février 1998
 
Laissez-moi dire une chose clairement : il n'y aura jamais d'Europe dans le style de Benetton.
Esztergom, Hongrie, février 1998
 
L'idée de la nation européenne ne signifie pas qu'il ne doit y avoir qu'une seule nationalité, une seule culture et une seule langue.
Szeged, Hongrie, février 1998
 
Nous avons devant nous une tâche gigantesque, la réindustrialisation de l'Europe.
… Nous devons couper tous les liens avec l'économie mondiale, nous devons redevenir autosuffisants.
Stavanger, Norvège, mai 1998
 
Je vous donne ma parole d'honneur que quand nous aurons pris le pouvoir, pas même une aiguille ou une épingle ne seront importées en Europe depuis les ateliers du tiers-monde.
Kristiansand, Norvège, mai 1998
 
Nous réindustrialiserons l'Europe. Toute l'industrie qui a été envoyée se perdre dans le tiers-monde sera ramenée en Europe… cela signifie du travail pour les chômeurs, des maisons pour les sans-logis et des revenus fiscaux pour l'Etat…
Nous revitaliserons l'Europe. Les nouvelles formes de production nous rendrons plus forts que jamais auparavant.
Oslo, Norvège, mai 1998
 
On a souvent dit que puisque la production et le capital peuvent facilement se déplacer à travers le monde en un clin d'œil, notre politique économique ne marcherait pas. Les capitalistes emmèneraient quand même leurs usines dans des pays avec de faibles taux de production et nous ne pourrions pas les en empêcher…
… C'est vrai, si un capitaliste veut construire une usine, disons, en Antarctique, et qu'il a l'argent pour le faire, nous ne pouvons vraiment rien y faire. Mais la question n'est pas de savoir qui contrôle la production, mais qui contrôle les marchés. Et dès que nous aurons l'Europe sous notre contrôle, le capitaliste sera impuissant. Il mettra peut-être ses usines dans les jungles de l'Amazone ou il exploitera peut-être le travail africain sur les hauteurs des Andes en produisant tout ce qui est imaginable pour deux sous, mais à quoi ça pourrait bien lui servir s'il ne peut pas nous vendre ses trucs…
… Est-ce que vous croyez que c'est bon pour la valeur de sa fortune si ses bateaux sont constamment refoulés de nos ports…
… Souvenez-vous que les capitalistes obtiennent leur argent de nous, et que si nous leur fermons les marchés européens au nez ils sont condamnés.

Lillehammer, Norvège, mai 1998
 
Quand nous avons promis à la classe ouvrière européenne qu'un jour il y aurait du travail pour chaque Européen natif, avec un salaire décent et de bonnes conditions de travail, on s'est moqué de nous. Quand nous avons promis qu'un jour chaque travailleur européen pourrait être assuré de son avenir et qu'on s'occuperait d'eux dans leur vieillesse, on nous a traités de fous. Quand nous avons juré qu'un jour la classe ouvrière européenne nationale retrouverait sa fierté et son estime de soi et qu'elle se tiendrait debout devant les puissances du monde, on nous a maudits. Et quand nous avons dit qu'un jour la classe ouvrière européenne pourrait appeler l'Europe son foyer et se sentir en sécurité partout, à tout moment, nous avons été poursuivis en justice. Pourtant, ce sont des promesses que nous avons l'intention de tenir, quel que soit le nombre d'ennemis que nous devrons écraser en cours de route.
Uddevalla, Suède, juillet 1998
 
J'ai souvent été invité par les « experts » à participer à des débats sur l'économie, leur idée étant bien sûr d'exposer mon ignorance supposée sur ces questions hautement complexes de l'économie moderne…
… ce que ces pharisiens ne comprennent pas, c'est que quand nous débattons de l'économie nous débattons avec de l'acier…
Falköping, Suède, juillet 1998
 
… Il est devenu évident que les ressources naturelles de notre planète se raréfient à mesure que l'industrialisation se répand dans les pays en voie de développement. Ces pays connaissent aussi une explosion démographique sans précédent qui semble être devenue totalement hors de contrôle…
… Celui qui tient le sort de l'Europe dans ses mains doit être prêt à faire tout ce qui est en son pouvoir pour s'assurer que l'Europe recevra son honnête part des ressources naturelles du monde… et plus.
Leeds, Grande-Bretagne, août 1998
 
… La ré-industrialisation n'est pas suffisante après tout… nous avons besoin de remilitariser tout le continent… c'est une question de vie et de mort.
Blackpool, Grande-Bretagne, août 1998
 
Nous mobiliserons l'Europe pour la guerre… la course pour les ressources naturelles du monde deviendra toujours plus âpre… seul un idiot complet penserait que cette mobilisation est possible avec une économie ouverte.
Calais, France, août 1998

 

1999

Pour survivre, l'Europe doit pouvoir contrôler des zones en-dehors de ses frontières – et bientôt elle les contrôlera.
Cadix, Espagne, janvier 1999
 
Imaginez ce qui se passerait si un jour les Européens utilisaient toute l'énergie, le savoir-faire et le courage qu'ils ont jusqu'ici gaspillés à se combattre les uns les autres, pour une lutte commune contre un ennemi commun…
… Nous devons transformer ce vœu pieux, ce jeu de l'imagination, en une réalité concrète.
… ceci est la plus grande tâche du Parti.
Barcelone, Espagne, janvier 1999
 
La Grande Synthèse… Sous les attaques des masses meurtrières des intrus qui s'infiltrent, les Européens sont en train d'être soudés ensemble en une terrible force de destruction.
Cordoba, Espagne, janvier 1999
 
Il n'y a pas d'aspects moraux en cette matière… nous ferons ce qui doit être fait… notre justification est la force brute…
Séville, Espagne, janvier 1999

Pouvez-vous honnêtement dire… que vous ne vous attendiez pas à ce que cela arrive… que cela ne vous arriverait pas, même dans vos pires cauchemars…
… Voulez-vous vraiment dire que vous étiez aveugles au point de ne rien comprendre à des choses comme ça…
Helsinki, Finlande, février 1999
 
La Jeunesse du Parti est l'épée et le bouclier de la nation, la manifestation de sa volonté inflexible.
Brême, Allemagne, avril 1999
 
Dans nos rues, les meutes de loups du Parti s'attaquent aux ennemis du peuple. Les jeunes prédateurs du Parti prêts à mettre en pièces quiconque ose lever la main contre la nation européenne sacrée.
Hanovre, Allemagne, avril 1999
 
Allez, faites-leur la chasse, versez leur sang, brûlez leurs maisons, n'en épargnez aucun. Si vous êtes faibles tout sera perdu, si vous montrez de la compassion les mêmes mains que vous pourriez couper vous étrangleront… pas de pitié… jamais.
Duisbourg, Allemagne, avril 1999
 
Des gens petits, insignifiants et mesquins tenteront de vous soumettre, ils tenteront de vous couper les ailes et de vous faire oublier qui vous êtes. Les libéraux faibles et invertébrés sans âme veulent dompter un aigle, transformer un loup en un animal domestique inoffensif… les sales mains avides de vos inférieurs tentent de vous atteindre afin de vous étouffer…
… ne vous laissez pas faire, combattez, laisser la fureur l'emporter.
Iéna, Allemagne, avril 1999
 

Ces gens voient quelque chose qu'ils ne pourront jamais avoir… la lumière aveuglante de la lumière du nord…
… elle leur fait peur car ils n'ont aucun moyen de la comprendre… le feu blanc pénétrant… ils sentent que c'est dangereux… la pureté des flammes… ces créatures haïssent tout ce qui est pur et elles veulent le souiller…
… mais comment peuvent-ils tuer cette lumière, comment peuvent-ils corrompre la pureté ? …en attaquant ceux qui sont enveloppés dans cette aura sacrée.
Wiesbaden, Allemagne, avril 1999
 
La Jeunesse du Parti montrera le chemin, car si quelqu'un détient les clés de notre avenir, c'est vous. Vous êtes l'avenir.
Bonn, Allemagne, avril 1999
 
Cela est arrivé maintes et maintes fois au cours de l'histoire et de l'évolution. Les jeunes hommes quittent leurs familles et rejoignent des communautés de guerriers pour chasser et faire la guerre… les jeunes hommes risquant et souvent sacrifiant leurs vies pour la tribu.
Stuttgart, Allemagne, avril 1999
 
Cette guerre est l'appel de la vie sauvage en vous, vous ferez simplement ce que des millions d'années d'évolution impitoyable ont gravé dans votre code génétique. Comment les libéraux pourraient-ils comprendre ou accepter cela ? C'est pourquoi ils couleront.
Berlin, Allemagne, avril 1999
 
Vous entendrez le murmure des millions d'ancêtres et de mâles depuis le limon primordial… vous êtes les produits de la lutte… seules notre époque artificielle et les forces de la médiocratie peuvent vous priver de cette sagesse.
Reims, France, septembre 1999
 
Vous avez été trompés et conduits à abandonner vos pouvoirs, maintenant reprenez-les.
Dieppe, France, septembre 1999
 
Dans cette guerre, vous prendrez vos places de chefs et d'anciens de la tribu européenne.
Caen, France, septembre 1999
 
…jeunes dieux de la destruction, allez maintenant et faites de votre pire. Transformez le jour en nuit…
Bruxelles, Belgique, septembre 1999

 

2000

… dans les semaines et mois récents, il y a eu une augmentation sans précédent du nombre d'attaques contre les zones de base de la révolution nationale. Les nôtres ont été forcés de survivre dans des conditions extrêmes jour après jour. Nous avons vu que les médias libéraux célèbrent ces atrocités commises par les jeunes immigrants et leurs fidèles alliés, les voyous de la déviation de gauche ultra-radicale…
… les médias libéraux affirment que chaque meurtre, chaque viol, chaque acte d'incendie ou de vol est justifié ou peut être compris à cause de notre racisme et de notre attitude hostile envers ces « Nouveaux Européens »…
… les médias libéraux prédisent que ces attaques constantes contre nous ouvriront la voie à une nouvelle Europe où l'histoire, la tradition et l'affection pour son pays seront de simples choses du passé…
… les médias libéraux revendent la Nouvelle Europe comme un camp de gitans…
… les médias libéraux déclarent maintenant triomphalement que les jours des nationalistes sont passés et que nous sommes fatigués de cette guerre et que nous sommes prêts à capituler…
… Ce que les médias libéraux ne voient pas, c'est que ces attaques ne font que nous renforcer… face à ces atrocités, ce qui est en jeu finit par devenir clair pour tout le monde… ces dernières semaines nous ont montré sans l'ombre d'un doute ce que serait l'alternative si nous échouons maintenant…
… cet Etat vacillant nous a tourné le dos, mais cela nous convient très bien parce que maintenant nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes… Nous sommes vraiment seuls à présent, mais contrairement à ce que croient les médias libéraux, cela nous rendra plus forts…
… les opportunistes aveugles des médias libéraux ne peuvent pas voir que nous sommes prêts à nous sacrifier pour la nation – et comment pourraient-ils le voir, car un simple parasite ne peut pas reconnaître la grandeur…
… les médias libéraux comprendront un jour que notre arme la plus formidable est notre amour intraitable pour notre nation, et que plus nous sommes attaqués plus il grandit comme grandit notre haine contre nos ennemis…
… Si notre destin est d'être crucifiés pour notre nation, qu'il en soit ainsi.
Manchester, Grande-Bretagne, avril 2000
 
Nous lancerons une offensive de contre-terreur… Le facteur décisif dans cette guerre sera notre capacité à haïr.
Birmingham, Grande-Bretagne, avril 2000
 
La guerre pour la libération nationale de l'Europe requiert des troupes d'élite pour le combat dans des conditions urbaines, les prétoriens de la révolution nationale. Cette armée de jeunes révolutionnaires nationaux militants sera levée à partir des rangs de la classe ouvrière dans tous les centres de population d'Europe ; en partant des quartiers et des communautés ces troupes atteindront finalement le niveau national. Le Parti utilisera cette force militaire pour écraser impitoyablement tous les ennemis de la Nation Européenne et pour purger nos communautés des éléments corrupteurs.
Londres, Grande-Bretagne, avril 2000
 
Nous apprendrons à créer des quartiers armés dans les deux camps en Irlande du Nord, et nous apprendrons l'art du nettoyage ethnique en Yougoslavie… comme vous pouvez voir, nous avons beaucoup à apprendre.
Stockholm, Suède, juin 2000
 
Notre force se trouve dans le fait que personne n'est prêt à mourir pour l'argent et le capitalisme. Mais des millions et des millions de gens sont prêts à mourir pour la nation. C'est une chose que le capitaliste ne pourra jamais comprendre, et c'est pourquoi il perdra.
Albe, Italie, août 2000
 
On avait promis aux gens la liberté, mais ce qu'ils ont reçu a été l'insécurité et la solitude.
Varese, Italie, août 2000
 
Ils ont tenté de nous briser, mais nous n'avons pas cédé. Ils ont tenté de nous égarer, mais nous avons trouvé notre chemin. Quoi qu'ils nous aient fait, nous avons survécu. Avec notre sang nous avons racheté ce nouveau monde, et en lui tout reflète notre volonté inflexible.
Crémone, Italie, août 2000
 
Nous parlerons sur les places de marché, nous parlerons dans les ruelles, nous parlerons dans les champs, nous parlerons dans les forêts et nous parlerons dans les usines. Partout où il y a des gens, nous parlerons, nous proclamerons la gloire de la nation. Si l'un de nous est réduit au silence, une centaine de camarades prendra sa place. Quand nous parlerons, les gens écouteront. Ils écouteront en nous la voix de l'ère à venir.
Brescia, Italie, août 2000
 
Nous voulons quelque chose de bien plus grand que ce que ce monde rationnel, matérialiste, totalement calculé et mesuré peut offrir. Nous voulons rompre avec lui, redécouvrir l'âme, l'émotion et l'unité. Nous voulons connaître ce qui ne peut pas être expliqué, nous voulons vivre de ce qui ne peut pas être compris. Nous voulons être possédés par ce que nous sommes vraiment.
Ancône, Italie, août 2000

 

2001

De grands pouvoirs sont à l'œuvre… cela ne peut pas être expliqué… quelque chose se passe en nous…
Aalst, Belgique, février 2001
 
Ils ne pourront pas vous dompter, car ils ne peuvent pas vous comprendre. Ils sont le vieux monde décadent, alors que vous êtes prêts à vous épanouir.
Charleroi, Belgique, février 2001
 
Nous souffrons car le fardeau de la création du monde nouveau a été placé sur nos épaules, mais qui d'autre pourrait porter ce fardeau ? Notre génération souffre, mais notre souffrance porte la promesse d'un lendemain meilleur et par conséquent nous affronterons tout, la tête haute, quoi qu'il puisse arriver.
Leuwen, Belgique, février 2001
 
Vous pouvez être contre nous, mais vos enfants marchent déjà dans nos rangs. Dans leurs yeux vous pouvez voir l'aube d'un jour nouveau… et ne tentez pas de les décourager car vous n'avez simplement pas la force pour cela.
Hasselt, Belgique, février 2001
 
Nous sommes les jeunes ascètes. Nous triompherons de la douleur et nous défierons la mort elle-même. Tout cela, nous le ferons pour que notre peuple puisse vivre.
Nous laisserons derrière nous la vie facile, les jours vides et la vanité. Nous nous endurcissons avec la souffrance et nous nous renforçons avec le besoin. Notre puissance s'accroît de jour en jour.
Vous qui avez gaspillé votre chance, vous qui avez été corrompus et dont les âmes ont été achetées, ne tentez pas de nous enseigner quelque chose, car les boucs ne peuvent rien enseigner aux lions.
Liège, Belgique, février 2001
 
Aujourd'hui les comédiens continuent à rire, mais sur vos visages solennels je peux voir la force et le dévouement. Aujourd'hui les plaisantins s'amusent encore, mais vous attendez calmement votre tour comme un chasseur qui attend le début de la partie.
Laissez-les nous mépriser, laissez-les faire des plaisanteries, acceptons tout le ridicule et les insultes qu'ils peuvent déverser, car bientôt ces clowns seront piégés et ils regarderont finalement la mort dans les yeux – votre moment sera venu.
Karlovy Vary, République Tchèque, mars 2001
 
Frapper, attaquer et marcher – frapper, frapper et encore frapper nos ennemis – quoi de plus doux ? Nous avons reçu une chance de vivre une vie belle en défiant la mort, aux cotés de nos camarades. Nous avons une mission, notre existence a une raison – notre génération a reçu la bénédiction d'un but.
Ensemble nous affronterons tout, ensemble nous survivrons à tout, quoi qu'il arrive nous ne céderons pas. Nous n'avons que nous-mêmes, mais dans nos frères et sœurs nous avons le monde entier.
Strakomce, République Tchèque, mars 2001
 
Une vie donnée aux autres est une victoire sur la mort.
Studenec, République Tchèque, mars 2001

Prêtez attention à votre apparence, vous ne devez pas ressembler à des voyous… faites en sorte que les gens n'aient pas peur de vous, faites en sorte qu'ils aiment…
… si vous confondez la peur des gens avec du respect, vous faites fausse route… 
… comment pouvez-vous gagner si vous êtes comme vos ennemis ?
Bratislava, Slovaquie, mars 2001
 
… Une génération entière prête à être possédée et nous sommes les chamanes modernes…
Cork, Irlande, avril 2001
 
… Que les médias libéraux veulent croire autre chose, nous le voyons. Que les médias libéraux espèrent autre chose, nous le comprenons. Et que les médias libéraux tentent de le nier, nous ne l'oublions pas.
Waterford, Irlande, avril 2001
 
Nous créerons une nation sans barrières de classes…
… égalité totale, unité totale…
Galway, Irlande, avril 2001
 
L'homme est un animal social. Il est toujours entouré par d'autres gens… l'homme n'est jamais seul… il est dépendant des autres… il n'existe qu'en relation avec les autres… comment alors pourrait-il être libre ?
Même si un homme était seul, vivant sur une île déserte, il ne serait toujours pas libre car sa personnalité est le produit de gènes, de forces sociales et d'événements sur lesquels il n'a pas d'influence.
… l'homme ne se crée pas à partir de rien, l'homme est le produit du monde autour de lui. Penser autrement serait illogique.
… pourtant les gens sont devenus esclaves de l'illusion de la liberté.
Dundalk, Irlande, avril 2001
 
Cet Etre Ensemble nous enseignera à prendre les autres en considération… nous apprendrons à vivre ensemble, nous apprendrons à travailler ensemble… notre mouvement est une grande école, il accélérera l'évolution sociale et spirituelle de notre race.
Limerick, Irlande, avril 2001

Le moment est venu… nous nous sommes rassemblés… le mouvement s'est assemblé et avec lui la Nation elle-même. Les espoirs et les rêves et l'enthousiasme de millions de gens reposent sur nous… et maintenant l'individu ne fera qu'un avec les masses.
Dublin, Irlande, avril 2001
 
Gardez à l'esprit que quand le monde occidental traversa la révolution industrielle, il y eut aussi une formidable explosion démographique en même temps, pas différente de ce qui se passe dans le tiers-monde aujourd'hui…
… en absorbant les masses rurales pauvres dans les villes et en créant une civilisation industrielle, cette avalanche d'humanité fut finalement maîtrisée en environ 150 ans.
… pourtant il y avait aussi quelque chose d'autre… à travers les siècles, l'Europe avait conquis des continents entiers en traversant les mers et pouvait maintenant envoyer son surplus de population vivre dans ces terres nouvelles et fertiles…
… imaginez ces dizaines de millions d'Européens partant en Amérique, en Australie, en Sibérie en environ une centaine d'années.
… Tout cela, un luxe que notre temps ne peut pas se permettre. Imaginez les conséquences si le monde en voie de développement essayait simplement de suivre les traces de la Civilisation Occidentale…
… si les cinq milliards de pauvres de cette planète adoptent le capitalisme, l'industrialisation et l'urbanisation tout comme les cinq cent millions d'Européens l'ont fait en leur temps… dix fois plus que ce qui est arrivé jusqu'ici… dix fois plus de gaspillage, dix fois plus de pollution, dix fois plus de lutte pour les ressources…
… et que dire de l'explosion démographique, où iront les masses pauvres du tiers-monde ? La présente explosion démographique sera-t-elle résolue en déversant un milliard de gens sur nous… je ne pense pas.
… messieurs, je vous appelle à en tirer les conclusions… quel que puisse être le résultat.
Moscou, Russie, août 2001
 
Notre foi est la nation, et notre livre saint est le peuple et la terre.
Novgorod, Russie, août 2001

Quand je parle de l'Europe, je parle bien sûr de tout le continent et de tous ses habitants. Nous ne devons jamais donner l'impression que certaines tribus de la nation européenne sont meilleures que d'autres. Les Slaves sont tout aussi importants que les Germains, les peuples latins sont tout aussi importants que les peuples celtiques ou que les Baltes, les Finnois, les Hongrois ou les Grecs. Nous devons dire absolument clairement qu'aucune nationalité ne peut monopoliser l'idée d'Europe.
Saint-Petersbourg, Russie, août 2001
 
Le nuage noir qui était suspendu au-dessus de notre civilisation se dissipera, après des décennies d'indécision nous saurons quoi faire, après trois générations de négation de soi nous serons à nouveau impitoyables et glorieux.
Helsinki, Finlande, septembre 2001
 
Ce qui a été brisé sera rassemblé, ce qui a été perdu sera retrouvé et ce qui était mourant sera rajeuni. La peur se transformera en courage, la faiblesse en force et l'indécision en détermination. L'histoire sera témoin quand nous commencerons notre voyage vers la grandeur.
Stockholm, Suède, septembre 2001
 
Après tout cela il y aura la Grande Histoire, la plus grande histoire jamais vue et nous pouvons en faire partie. Notre souvenir sera célébré dans l'Hymne de Bataille de notre Race et nos noms seront incorporés à ses vers. Des chants seront faits pour honorer notre mémoire, d'innombrables générations de chanteurs de runes chanteront ces chants racontant nos actions héroïques. On se souviendra de nous, notre nom vivra pour toujours.
Oslo, Norvège, septembre 2001
 
S'ils veulent le chaos, c'est le chaos qu'ils auront.
Liverpool, Grande-Bretagne, octobre 2001
 
Nous avons besoin d'un mouvement de fondamentalisme européen.
Londres, Grande-Bretagne, octobre 2001

 

2002

 

2003

Ne parlez pas tant, allez et aidez les gens, travaillez pour eux. Les gens ne vous écouteront pas si vous ne faites que parler… Les discours enflammés n'amèneront pas les gens à vous, tout l'art de l'éloquence oratoire ne signifie rien si les gens s'en vont à la fin de la journée… Il est facile de faire de grandes demandes, mais pourquoi les gens vous feraient-ils confiance… La seule manière de montrer aux gens que vous être prêts à vous mouiller pour eux, c'est d'aller vraiment vers eux et de les aider.
Bolton, Grande-Bretagne, janvier 2003
 
Il est facile de combattre – la plupart des hommes aiment ça – mais il est dur de travailler et encore plus dur de travailler pour quelqu'un d'autre. Pourtant si vous n'avez pas l'humilité, la patience et l'affection pour le peuple de sorte à travailler pour votre communauté, vous ne pourrez jamais être vraiment fiers de vous et la communauté finira par vous tourner le dos…
… d'abord vous devez être humbles devant votre peuple, et c'est seulement ensuite que vous pourrez être vraiment fiers…
… si votre communauté ne vous respecte pas, vous êtes sans valeur… et ne confondez pas la peur avec le respect.
Oldham, Grande-Bretagne, janvier 2003
 
Ne tentez pas de devenir les portraits tout crachés de vos ennemis.
Halifax, Grande-Bretagne, janvier 2003
 
Distribuer des tracts est bien et défiler dans les rues encore mieux, mais la seule façon de captiver l'attention des gens sans interruption est de devenir une partie de leur vie quotidienne et de les aider dès que vous pouvez…
… Les gens peuvent s'arrêter un moment pour vous regarder défiler ou pour prendre un tract que vous leur donnez, mais ensuite ils s'en vont généralement… Mais si vous affirmez vos idées tout en faisant quelque chose de concret pour eux, alors ils vous écouteront – ils doivent le faire – et ensuite ils vous prendront au sérieux…
… et tout cela parce que maintenant vous devenez importants dans leur vie. Vous ne faites pas que parler, parler, parler avec des grandes théories mais vous êtes vraiment prêts à vous remonter les manches et à vous salir les mains pour eux.
Keighley, Grande-Bretagne, janvier 2003
 
Nous ne pouvons pas encore changer la société, mais nous pouvons améliorer la vie quotidienne des gens par le travail volontaire.
Rochdale, Grande-Bretagne, janvier 2003
 
Vous savez tous quelque chose, vous êtes tous bons à quelque chose, maintenant utilisez ce talent pour aider les vieux et les nécessiteux, et la communauté sera à vous.
Birkenhead, Grande-Bretagne, janvier 2003
 
Notre arme secrète pour gagner la confiance du peuple est le travail volontaire… Nos ennemis ne penseraient même pas à le faire, parce leur peuple est celui des intrus et des antisociaux.
Warrington, Grande-Bretagne, janvier 2003
 
Les vieux veulent admirer les jeunes, maintenant vous devez leur donner une raison pour cela.
Chorley, Grande-Bretagne, janvier 2003
 
Le vrai patriotisme commence en aidant votre communauté, combattre vient seulement en second. Le travail volontaire national est le premier pas de la Libération Nationale.
Preston, Grande-Bretagne, janvier 2003
 
Nos ennemis sont des parasites paresseux, des criminels et des antisociaux. Par le travail, l'organisation et la discipline, nous serons des géants comparés à eux. Nous laisserons une marque sur ce monde, mais ils disparaîtront et il n'en restera pas même un souvenir.
Wrexham, Grande-Bretagne, janvier 2003
 
Une fois de plus, vous verrez que notre révolution est la révolution des vérités fondamentales. La sociobiologie nous permet de comprendre comment la nature modèle les destins des hommes en guidant leur comportement social. Notre révolution elle-même est un résultat direct des forces de la sociobiologie à l'œuvre en ce moment même dans l'espèce humaine. La sociobiologie démythifie le comportement humain et nous aide à voir la vraie nature de l'homme à travers la poussière et les toiles d'araignée de la superstition et des préjugés.
Dokkum, Pays-Bas, février 2003
 
La nature ne fait pas d'erreurs – tout a une raison, tout a sa place et il en est de même pour nous. Nous sommes une meute de loups protégeant ses louveteaux et son territoire, et les loups qui n'ont pas de louveteaux à eux combattront mieux.
Genemuiden, Pays-Bas, février 2003

Notre race est un organisme social luttant pour maintenir sa présence sur cette terre. Nous avons besoin de territoire et nous avons besoin d'une descendance, rien n'a changé depuis l'âge de pierre. Nous sommes encore des primates tentant de trouver de l'eau fraîche et prêts à combattre pour elle jusqu'à la mort. Notre plus grand devoir est de protéger notre patrimoine génétique, de nous assurer qu'il survivra et grandira… les sacrifices que nous faisons pour le patrimoine génétique de notre race nous rendront immortels… Nous vivrons dans les générations à venir.
Meppel, Pays-Bas, février 2003
 
Les forces impitoyables de la nature ont modelé notre race… Nous avons survécu par la sélection tribale… la tribu entière protégeant son avenir, les enfants. Pour porter ce code génétique sacré à travers le temps, les efforts de tout le monde étaient requis – hommes, femmes, jeunes et vieux. Le bien-être des enfants était la responsabilité de toute la tribu quels que soient leurs parents, et ceux qui ne procréaient pas eux-mêmes servaient la communauté comme protecteurs.
Zwolle, Pays-Bas, février 2003
 
Le caractère exceptionnel de notre race ne peut être expliqué qu'à la lumière de la sociobiologie et de la théorie de la sélection tribale.
Saasveld, Pays-Bas, février 2003
 
… Ils oublieront tout le reste… prédestinés par la nature à être des guerriers et des nationalistes… une inévitabilité biologique… ils combattront pour la nation, pour leur meute, avec un fanatisme et une détermination tels que le monde en a rarement vus… leur famille, c'est la bande de guerriers… en-dehors du devoir, ils n'ont rien…
Amsterdam, Pays-Bas, février 2003
 
La plus grande tâche de la science révolutionnaire moderne est d'approfondir la relation de l'homme avec la nature. La science nous montrera un jour la voie vers notre but ultime – la symbiose totale et complète avec la nature.
Yverdon, Suisse, mars 2003
 
Nous devons utiliser la science moderne pour nous unir à la nature, pas pour la dominer ou la manipuler.
Fribourg, Suisse, mars 2003
 
Nous apprendrons à disparaître dans la nature sans une trace… Nous serons les aborigènes modernes… Nous rétablirons la relation avec la nature que nos ancêtres tribaux avaient. Cependant, notre civilisation doit retrouver l'ancienne sagesse à sa propre manière.
Detligen, Suisse, mars 2003
 
La méthode scientifique est le mode de pensée inhérent à notre Peuple. Nous n'acceptons pas les ombres de l'occulte ou les brumes du mysticisme. Nous voulons faire partie de l'univers, mais cela doit arriver par notre intelligence et notre raison.
Moutier, Suisse, mars 2003
 
Notre race est le fils prodigue de Gaïa. Nous avons lutté contre les dieux, nous avons secoué les fondements de la terre, et notre soif de connaissance nous a donné des ailes et nous avons tendu nos bras vers les galaxies les plus éloignées. Nous avons payé un prix élevé pour notre arrogance, mais cela devait se passer ainsi car la grandeur a toujours un prix et la grandeur est notre destin.
Esslingen, Suisse, mars 2003
 
… Le fils prodigue de Gaïa a appris sa leçon et reviendra chez lui, mais cette fois il est beaucoup plus sage que lorsqu'il a commencé son voyage. Le fils prodigue a grandi pour être un homme.
Kollbrunn, Suisse, mars 2003
 
L'enfance de notre race sera bientôt passée… Nous restaurerons Gaïa dans son ancienne gloire et ensuite… l'univers attend.
Steckborn, Suisse, mars 2003
 
Notre révolution est la révolution du Grand Retour. Notre race sera le Bon Sauvage moderne. Nous créerons une civilisation d'une sophistication sans précédent, notre science et notre technologie feront des progrès qui iront au-delà de l'imagination et pourtant notre vie suivra toujours son cours d'une manière naturelle et traditionnelle…
Berneck, Suisse, mars 2003
 
… Nous vivrons comme des tribus dans des villages établis dans les sombres forêts et parmi les collines vallonnées, mais notre civilisation atteindra un jour les étoiles.
Nauders, Autriche, avril 2003
 
Nous avons devant nous les possibilités d'un succès infini. Cette fois, tout sera bâti sur une fondation naturelle, et par conséquent cela durera toujours.
Steinach, Autriche, avril 2003
 
En tant que gardiens de Gaïa, nous devons prendre la direction de cette planète, faire ce qui doit être fait… couper ce qui doit être coupé… extirper ce qui doit être extirpé… enlever ce qui doit être enlevé.
Mayrhofen, Autriche, avril 2003
 
Gardez à l'esprit que nous seuls pouvons être les gardiens de Gaïa, que seule notre civilisation est assez avancée pour cela, que seule notre civilisation sera capable de réaliser la prochaine avancée – la révolution écologique… nous seuls sommes arrivés jusque-là… Les sociétés du monde développé tentent encore désespérément de répéter nos erreurs passées.
Radstadt, Autriche, avril 2003
 
La révolution nationale et la révolution écologique sont irréversiblement la même chose.
Kapfenberg, Autriche, avril 2003
 
La révolution écologique sera la renaissance de la civilisation européenne…
Neunkirchen, Autriche, avril 2003
 
Pour sauver notre passé, nous prendrons des mesures extrêmes, pour protéger la tradition nous serons outrageusement radicaux.
Breitenfurt, Autriche, avril 2003
 
La révolution écologique est la révolution de la tradition.
Weitersfeldt, Autriche, avril 2003
 
Nous arracherons l'Europe aux griffes de la mort, et une fois de plus nous ferons d'elle la reine des continents.
Bratislava, Slovaquie, avril 2003
 
La révolution nationale et la révolution écologique sont toutes deux des conséquences des forces matérielles dans l'histoire. Toutes deux seront des étapes inévitables dans le développement de notre civilisation…
Nitra, Slovaquie, avril 2003
 
Nous seuls pouvons faire le bond en avant qualitatif et décisif, et transformer notre civilisation industrielle en une civilisation écologique.
Brezno, Slovaquie, avril 2003
 
Une vie simple et naturelle, à tout prix ! Pour sauver notre espèce, nous devons revenir à la nature, revenir aux villages et aux communautés rurales pour vivre comme des tribus.
Poprad, Slovaquie, avril 2003
 
… Et au cœur de chaque village il y aura une Longue Maison et les villageois s'y rassembleront comme une famille…
Katowice, Pologne, mai 2003
 
L'architecture imitera les éléments de la nature. L'architecture moderne nous donnera les moyens de bâtir nos communautés afin qu'elles se fondent dans le paysage environnant et deviennent partie intégrante de l'écosphère.
Czestochowa, Pologne, mai 2003
 
Dans le futur, la frontière entre l'habitat humain et la nature disparaîtra. Dans le futur, il n'y aura pas de distinction entre domaine privé et public.
Poznan, Pologne, mai 2003
 
Les gens de demain ne feront qu'un avec leur communauté, et la communauté ne fera qu'un avec la nature.
Gdynia, Pologne, mai 2003
 
N'est-ce pas étonnant que les Nouveaux Jeunes soient tellement plus mûrs que leurs parents ? C'est une génération de combat… il n'y a pas de réponses faciles pour cette génération.
Velletri, Italie, juin 2003
 
Les Nouveaux Jeunes sont calmes, polis, concentrés et maîtres d'eux-mêmes, mais on peut déjà sentir le volcan de la colère en eux.
Viterbo, Italie, juin 2003
 
… la soi-disant révolution de leurs parents était simplement une indigestion des biens-nourris…
… ces rejetons chouchoutés de la petite bourgeoisie vivant dans la société humaine la plus riche jamais connue jouaient avec la nourriture et se comportaient mal, et ensuite ils ont appelé ça une révolution.
Trévire, Italie, juin 2003
 
… les Nouveaux Jeunes ne peuvent pas se permettre le même luxe que leurs parents. Prétendre le contraire ne serait que du libéralisme infantile. La Nouvelle Jeunesse lutte pour sa survie et pour la survie de toute la race.
Sienne, Italie, juin 2003
 
… ces jeunes princes doivent combattre ou être privés de leur héritage… pour revendiquer leur trône, ils doivent verser le sang – noblesse oblige !!
Florence, Italie, juin 2003
 
Le Parti demande un dévouement total à la cause, et la Nouvelle Jeunesse répond à l'appel du Parti avec une détermination fanatique.
Pise, Italie, juin 2003
 
Nous avons maintenant des teenagers dans nos rangs qui regardent le travail volontaire comme un devoir patriotique et l'artisanat comme le plus grand honneur de l'homme… Avec ce genre de jeunes de notre coté, personne ne peut nous vaincre.
Lucques, Italie, juin 2003
 
Qu'est-ce que le système capitaliste a encore en réserve pour eux – la mort lente par la drogue, le divertissement vide et le consumérisme effréné. Mais maintenant même quand la vie est encore dure, les Nouveaux Jeunes s'épanouissent.
Parme, Italie, juin 2003
 
… je n'ai jamais vu une telle beauté, une telle force de caractère, une telle dévotion à la cause… Vous êtes une race entièrement nouvelle… vous hériterez de la terre…
Crémone, Italie, juin 2003
 
Ils viendront de tous les chemins de la vie, de toutes les parties de l'Europe, de toutes les classes sociales et de toutes les tribus qui forment la Nation Européenne, oubliant leurs différences pour trouver l'unité. Les jeunes, l'espoir d'une civilisation luttant pour sa survie…
… les jeunes apportant la Révolution de la Volonté.
Varese, Italie, juin 2003
 
Face à la crise écologique mondiale, nous devons être forts plutôt que faibles…
… une force militaire impitoyable sera nécessaire pour être sûrs d'obtenir notre juste part des ressources naturelles de la planète… L'Europe ne doit pas être privée de sa richesse… les idéalistes naïfs cherchent souvent à affamer l'Europe pour leurs buts bien-intentionnés mais irrationnels.
Toulon, France, juillet 2003
 
La crise écologique et l'explosion démographique sont en train de pousser le monde vers la barbarie et le chaos, c'est pourquoi l'Europe doit être forte et suprême… une tour de force dans l'âge obscur… la base de la civilisation.
Marseille, France, juillet 2003
 
Vous connaissez la force militaire que les impérialistes de Wall Street et leurs copains peuvent réunir… et comment pensez-vous donc que nous devrions affronter cette menace militaire… désarmés ?
… comment combattez-vous la plus puissante force militaire connue par l'homme… par des émeutes peut-être ? … ou peut-être devrions-nous envoyer une lettre à notre député ?
… Soyons clairs là-dessus – nous devons créer notre propre complexe militaire, qui sera bien plus puissant que tout jusqu'ici.
Arles, France, juillet 2003
 
Nous ne devons pas chercher à créer un empire… pour tenter de transformer l'Europe en un Etat centralisé – cela serait un désastre complet. Mais l'Europe doit être forte pour protéger ses intérêts légitimes.
Avignon, France, juillet 2003
 
Y aura-t-il une seconde guerre de l'opium un de ces jours… Les impérialistes de Wall Street utilisant l'US Navy pour imposer la consommation d'aliments génétiquement modifiés aux Européens au nom du Libre Echange… Eh bien, l'Europe n'est pas l'Empire Céleste – nous avons une surprise désagréable en réserve pour eux s'ils osent essayer.
… Mais d'abord nous devrons éliminer tous les traîtres néolibéraux parmi nous, et seulement ensuite nous serons assez forts pour résister à cette nouvelle politique de la canonnière.
Valence, France, juillet 2003
 
N'oubliez jamais que la majorité des ressources naturelles du monde est juste sur le pas de la porte de l'Europe… donc un jour quand nous défierons finalement les impérialistes de Wall Street, nous aurons un net avantage géographique.
… la question demeure : quand l'Europe fera-t-elle le premier pas ?
Lyon, France, juillet 2003
 
Nous devons avoir les moyens et la volonté de protéger la terre, Gaïa, des gens qui la blesseraient autrement dans leur tentative désespérée de survie ou leur course aux richesses…
… Nous devons être prêts à imposer notre direction écologique éclairée aux nations et aux cultures qui n'ont pas encore atteint notre niveau de maturité et de sophistication.
Vichy, France, juillet 2003
 
Maîtriser l'explosion démographique du monde exigera une action décisive… de notre part !
Clermont-Ferrand, France, juillet 2003
 
Seule une force extérieure peut contraindre les sociétés du monde en voie de développement à contrôler leur population toujours croissante.
St-Junien, France, juillet 2003
 
Si nous devons choisir entre la diversité humaine et la biodiversité, nous devons choisir la biodiversité.
La Rochelle, France, juillet 2003
 
Dans le futur, la politique étrangère et la stratégie militaire de l'Europe seront basées sur des considérations écologiques…
… nous utiliserons toute force qui sera nécessaire pour amener des changements sociaux et économiques écologiquement bénéfiques… nous sommes prêts à agir à l'échelle mondiale.
Nantes, France, juillet, 2003
 
L'effondrement du capitalisme et la crise écologique signifieront un nouveau commencement pour notre race… nous marcherons à travers le feu… nous marcherons à travers l'ombre de la vallée de la mort… à partir des cendres nous créerons un monde nouveau.
Saint-Nazaire, France, juillet 2003
 
A mesure que les ressources naturelles se feront plus rares, une race sera dressée contre une autre, une civilisation contre une autre. Dans ce jeu de pouvoir global pour la domination mondiale, nous devons être plus forts que n'importe qui d'autre.
Bordeaux, France, juillet 2003
 
Nous devons sauver cette planète, nous devons devenir la race gardienne de ses océans et forêts… considérez-vous comme des soldats écologiques…
Mont-de-Marsan, France, juillet 2003
 
La crise écologique et l'effondrement du capitalisme nous apporteront de nouvelles opportunités et de nouveaux défis – alors nous saurons ce que doit être notre tâche historique.
Bayonne, France, juillet 2003
 
Nous devons être rationnels à ce sujet. Il est évident que l'explosion démographique restera incontrôlée pendant encore longtemps. Nous pourrions spéculer qu'à un moment cette croissance incontrôlable de l'humanité diminuera jusqu'à un niveau plus modéré, mais la terre elle-même manque de temps. La terre ne peut pas se permettre d'attendre cent ou deux cent ans que les humains reprennent leurs esprits… il est impératif de comprendre que dès que le niveau de tolérance de la terre aura été franchi, nous serons face à un effondrement, pas un ralentissement ou une croissance plus modérée. Bien sûr, nous ne pouvons pas encore dire quand exactement nous atteindrons ce seuil final, mais il est clair que plus la race humaine aura monté haut, plus bas elle plongera.
Bilbao, Espagne, juillet 2003
 
La situation critique du tiers-monde est principalement due à la croissance démographique incontrôlée, plutôt qu'à autre chose. Il serait agréable de penser qu'une révolution sociale serait d'une façon ou d'une autre la baguette magique pour guérir les maux du monde situé au sud, mais ce serait de l'idéalisme naïf. Le fait matériel simple est qu'il y a trop de gens partageant trop peu de ressources, et le pire est que non seulement le nombre de gens s'accroît mais aussi que les ressources diminuent.
Burgos, Espagne, juillet 2003
 
Les pays en développement ont été jusqu'ici trop arriérés pour transformer leurs sociétés traditionnelles en sociétés industrielles qui fonctionnent, et ce retard affectera sans aucun doute les pays en développement dans le futur aussi.
… Ce serait une erreur de penser que ces sociétés pourraient maintenant miraculeusement sauter quelques étapes dans leur développement… de passer directement d'une société préindustrielle arriérée à une étape industrielle fonctionnant bien ou même plus loin.
Oviedo, Espagne, juillet 2003
 
Vous devez étudier l'histoire pour découvrir ce qui rend l'Europe si spéciale.
Santiago de Compostelle, Espagne, juillet 2003
 
Le gouffre entre les sociétés occidentales et les sociétés du monde en voie de développement se creuse non seulement relativement mais aussi en termes absolus… les pauvres deviennent plus pauvres… les arriérés deviennent toujours plus arriérés… cela conduit à la jalousie et à la haine.
Kiel, Allemagne, août 2003
 
Nous sommes comme un touriste dans une ruelle obscure, entouré de mendiants agressifs, qui sont sur le point de lui sauter à la gorge… nous sommes paralysés de peur et d'étonnement. Nous n'arrivons pas à croire à ce qui nous arrive et d'une certaine manière nous tentons de rationaliser la situation en nous sentant coupables et en pensant qu'en fait tout va bien si nous nous faisons voler – car c'est le fardeau de l'homme blanc dans ce monde…
… mais bien sûr, les choses ne resteront pas toujours ainsi…
Wismar, Allemagne, août 2003

… les ressources naturelles de la planète ne diminuent pas seulement par tête par rapport à un nombre croissant de gens, mais aussi en nombres absolus… il en restera de moins de moins pour ceux qui autrement seraient équipés pour survivre à cette épreuve… par cela, je parle essentiellement des peuples d'origine européenne.
Schwerin, Allemagne, août 2003
 
La culture forme le comportement de l'individu et prédétermine aussi son avenir aussi profondément qu'on pensait autrefois que les gènes le faisaient…
… La culture prédétermine aussi la fortune de civilisations entières tout comme elle le fait avec les individus, et il est clair que la civilisation occidentale a le mieux réussi à créer une société industrielle d'abondance… seules quelques nations asiatiques ont été capables de nous imiter avec succès…
… Bien sûr nous pourrions prétendre être politiquement corrects et dire qu'aucune culture n'est meilleure que les autres et que nous devons les traiter toutes comme uniques et précieuses, mais pourtant il y a toujours eu une compétition constante entre civilisations… et il y en a encore une…
Parchim, Allemagne, août 2003
 
… dans une perspective historique, nous pouvons prendre pour règle que la force d'une société est basée sur ses forces productives…
… si une société ne peut pas se hisser au même niveau de rendement matériel que ses voisins, elle perd graduellement la partie…
Neuruppin, Allemagne, août 2003
 
Les civilisations sont des organismes sociaux gigantesques et anciens, des super-organismes… comme les colonies de fourmis ou les récifs de corail, ces organismes sont en compétition pour les ressources et l'espace vital…
… et seule l'efficacité prévaudra…
Finowfurt, Allemagne, août 2003
 
… Une civilisation matériellement plus forte a tendance à détériorer ses voisins plus faibles – volontairement ou involontairement. L'Occident a fait ça depuis des siècles avec le capitalisme, l'impérialisme, l'industrialisme, le matérialisme, le rationalisme et la modernisation. Le reste du monde a été obligé de relever ce défi en occidentalisant superficiellement ses sociétés…
… néanmoins, cette occidentalisation superficielle n'a fait que corrompre les sociétés traditionnelles mais n'a pas pu provoquer de changement significatif vers quelque chose de meilleur. Après tout, la civilisation occidentale est beaucoup plus que quelques capacités techniques et administratives entre les mains de gens à moitié instruits et corrompus…
… on ne peut pas exporter l'idée d'une civilisation entière dans un environnement étranger simplement en formant des multitudes de docteurs, d'enseignants et d'ingénieurs – cela a été tenté, et ça a échoué.
Berlin, Allemagne, août 2003
 
La culture matériellement dominante établit les standards que le reste du monde tente d'imiter avec plus ou moins de succès… ce n'est pas un concours de beauté, la seule chose qui compte est les forces productives… c'est-à-dire la force matérielle pour subvenir aux besoins de son peuple et pour protéger ses intérêts.
Leipzig, Allemagne, août 2003
 
Nous avons aussi payé un prix élevé pour la modernisation. Elle a fait des ravages sur notre société tout autant que sur le tiers-monde, mais nous avons trouvé les moyens de survivre. Après tout, c'est nous qui avons commencé tous ces changements… et en termes matériels nous avons clairement été les vainqueurs – mais pas spirituellement…
… en fin de compte, le changement pour le meilleur ou pour le pire viendra de nous, nous seuls pouvons nous en charger…
… les sociétés arriérées du monde en voie de développement sont les plus touchées par ces changements mais sont cependant incapables de mettre en œuvre des changements fondamentaux.
Dresde, Allemagne, août 2003
 
Nous devons bien sûr dénoncer le matérialisme et le style de vie consumériste, mais nous ne devons pas non plus être naïfs. Nous ne devons pas être aveugles au fait que le contrôle des ressources naturelles – nourriture, eau, abris, chaleur, énergie, et la capacité à les utiliser avec autant de compétence que possible – est cruciale pour tout organisme vivant, depuis la simple bactérie jusqu'au cachalot, depuis la termitière jusqu'à la société humaine.
Belgrade, Yougoslavie, octobre 2003
 
Dans le tiers-monde, cela a toujours été à la mode de dénigrer la culture occidentale et ses valeurs, mais cependant même les plus ardents critiques de l'Occident ont tenté avec ferveur d'atteindre le même niveau de vie matériel…
… ce n'est pas surprenant, car le phénomène le plus constant et universel dans le monde vivant est que chaque être ou collectif d'êtres lutte pour subvenir à ses propres besoins le mieux possible…
… dans le tiers-monde, l'occidentalisation et la modernisation ont toujours été recherchées avec une question à l'esprit : comment créer une société qui pourrait atteindre le même niveau de production matérielle par tête que l'Occident.
… en résumé nous pouvons dire que tout le monde déteste l'Occident mais que tout le monde veut être aussi riche…
… la question demeure : notre planète sera-t-elle capable de supporter six ou sept milliards de gens – et devons-nous faire quelque chose ?
Athènes, Grèce, octobre 2003
 
C'est simplement la survie du mieux adapté – la civilisation la plus forte finira par supplanter les autres…
Thessalonique, Grèce, octobre 2003
 
… la majorité de l'humanité a été jetée dans une course à la modernisation, une course pour laquelle elle est culturellement non-équipée. Ils ne peuvent pas se retirer de cette course, ils ne peuvent pas se retirer du monde, et par conséquent ils chercheront désespérément la modernisation et l'occidentalisation et finalement cela les ruinera. Même les grandes réalisations culturelles du passé ne sauveront pas la majorité des gens sur cette planète s'ils manquent de l'appareil culturel adapté à la création et au maintien d'une société modernisée.
Fagernes, Norvège, novembre 2003
 
Le besoin de modernisation est en train de déchirer les sociétés traditionnelles du tiers-monde. En conséquence, les gens du tiers-monde nous haïront plus que jamais auparavant, ils n'auront rien d'autre que leur haine.
Minnesund, Norvège, novembre 2003
 
Le monde en voie de développement est piégé. Pour subvenir aux besoins de ses masses pauvres toujours plus grandes, il doit rechercher la modernisation, tentant désespérément d'imiter le succès de la civilisation européenne, mais sous la pression de l'explosion démographique et de la crise écologique le monde en voie de développement est en train de glisser vers le chaos.
Ludvika, Suède, novembre 2003
 
… les sentiments anti-européens s'accroissent non seulement dans le monde en voie de développement, mais aussi dans nos rues puisque les jeunes immigrants du monde en développement commencent à mener leur propre guerre ethnique contre nous. Les viols collectifs de filles européennes ne sont pas des appels à l'aide de jeunes immigrants fondamentalement bons et honnêtes mais frustrés – comme les libéraux aiment tant à l'expliquer – mais un début de guerre tribale dirigée contre nous. Le viol collectif est pour eux un moyen bestial de marquer leur territoire nouvellement revendiqué.
Stockholm, Suède, novembre 2003

Nous allons devoir commencer à défendre notre dignité, nous allons devoir commencer à protéger nos besoins et nous allons devoir commencer à combattre pour notre place dans ce monde…
… nous ne pouvons plus faire un pas en arrière ou nous serons submergés par un chaos sans précédent… Notre élite est plus que prête à nous sacrifier pour quelques idéaux illusoires ou simplement pour accumuler des profits commerciaux. Donc pour nous tout se résume à cela : sommes-nous prêts à nous défendre, ou acceptons-nous que notre sort soit de périr ?
… si nous choisissons de résister, ce ne sera pas un chemin facile mais alors au moins nous saurons qui nous sommes et ce que nous valons – personne ne pourra plus nous mépriser.
Si nous choisissons de résister, nous devrons surmonter de grandes difficultés mais ensuite au moins nous aurons une chance de créer quelque chose de pur et de durable – nous aurons à nouveau de l'espoir.
Si nous choisissons de résister, alors même dans les temps les plus difficiles nous aurons encore nos rêves et une volonté indomptable de les faire devenir vrais – personne ne pourra plus nous tromper. Et ainsi l'élite avec tous ses mensonges et ses paroles trompeuses sera rendue impuissante devant nous, et les masses grouillantes et voraces des intrus seront chassées de notre sol sacré une fois pour toutes.
… Allez maintenant, affirmez votre droit à exister et accomplissez votre destin !
Lisbonne, Portugal, décembre 2003


...index